Otages Intimes, Jeanne Bénameur, Actes Sud, Septembre 2015

9782330053116Etienne, reporter de guerre, revient après des années de captivité en tant qu’otage français. Il retrouve alors sa mère, et ses deux meilleurs amis Enzo et Jofranka. Tout est cassé en lui, tout est à reconstruire, l’amitié, l’amour, et même son être intérieur en entier. Qui est-il? quelle vie veut-il? a-t-il encore même des désirs?

Jeanne Bénameur… Toujours ces mots justes, cette finesse, ces phrases légères et pourtant si précises. Une chef d’orchestre hors-pair sachant faire jouer, vibrer et rendre hyper-sensibles toutes les cordes en nous. Simplement, elle dit la souffrance  et la beauté, complexe et évidente à la fois. Orages Intimes est le roman de la « crise », celle qui nous ébranle tous, celle qui dévaste, nettoie et parfois apaise. Le crise qui impose ses choix, ses chemins à prendre, ses voix à suivre.

A.

Publicités

Les Buddenbrook, Thomas Mann, lgf.

9782253063193Se lancer dans Thomas Mann est une décision qui se réfléchit murement. Autant de pages, de personnages, de rebondissements… L’esprit doit être disponible, réceptif et libre de se laisser embarquer dans une aventure d’une telle amplitude.

Sur les conseils d’une précieuse amie allemande, j’ai sauté le pas, chipé ce pavé qui me faisait de l’oeil depuis des années, ouvert la première page et refermer la dernière aujourd’hui avec la sensation d’avoir vécu quelque chose de grand.

Les personnages ont mille détails, un caractère affuté et d’une précision extrême. Les Buddenbrook ont du coffre, de la profondeur et des reliefs. Découvrir cette noble famille allemande du XIXe c’est rentrer en eux, sentir les moindres tabous et les sous-entendus, vibrer et avoir peur, pleurer et souffrir, rire et même parfois juste respirer en eux.

Thomas Mann à la précision et le sens du détail d’un peintre de fresque. Imaginez Le Déjeuner des Canotiers de Renoir, avec ses cachettes et ses traits si fins. Les Buddenbrooks m’ont accompagnés pendant plusieurs semaines, marchant à mes côtés sur les aléas de ma vie, à la fois si éloignée et si proche d’eux.

A.

Une faiblesse de Carlotta Delmont, Fanny Chiarello, Points seuil, 2015

9782757838631Quand une libraire A souhaite offrir un roman à une libraire B elle demande l’avis d’une librairie C. Sachant que, ces trois libraires ont sensiblement le même âge, proviennent de la même école et travaillent dans la même librairie, MAIS que B et C ont des goûts littéraires opposés, A est un peu perdu… Quel livre va-t-elle choisir?

 

« Une Faiblesse de Carlotta Delmont » est l’heureux élu et comblera avec succès la semaine post-anniversaire de la libraire B!

La diva Delmont disparait à Paris quelques jours. Pourquoi? Comment? et où? Personne ne le sait.Sous ses airs de femme fébrile et superficielle cette cantatrice à la voix divine n’a trouvé que la voie du vide pour crier sa souffrance. Qui n’a jamais fantasmé au point de vouloir s’évaporer en un tour de magie? Quand les autres ne comprennent pas, ni même n’esquissent l’effort d’entendre les signes, que reste-t-il sinon la manière forte pour parler?

Carlotta ébranle, explose et bouleverse. Elle nous nous bouscule et c’est tant mieux.

Merci A, Merci B. Merci, Merci, Merci!

A.

L’amie prodigieuse, Elene Ferrante, Gallimard, 2014

product_9782070138623_195x3204 heures de train aller. Faim, soif, fatigue, et mauvaise humeur. Pas vraiment la tête à lire.

3 jours de pluie, les gars de la maison aiment le rugby à la télé. Une chambre plus silencieuse au fond de la maison d’où on peut entendre le ronron de l’océan, les gouttes de pluie salée fouettent  les carreaux et les commentaires sportifs en fonds sonore. Une odeur de crêpes au sucre flotte…Cadeau inespéré pour un lecteur en possession d’un roman d’envergure.

Elena et Lila grandissent dans le Naples gris et terne des années 50. Rien n’y brille sinon leur fugacité et leur intelligence. Leur amitié aussi fait des éclairs. Le reste, mieux vaut laisser Elena vous le raconter, car cette histoire a une force qui dépasse toute chronique.

L’intérêt ici est simplement de prévenir le lecteur. Prendre 4 h de train, retour au calme, pour finir ce roman. S’en inspirer et tracer sa route.

A.

La ville des morts, Sara Gran, Le masque, 2015

9782702440025-G Claire Dewitt, c’est le top level de la détective privée. Jeune femme,  complètement dévastée par une jeunesse houleuse, seule , ravagée par la vérité qu’elle érige en seule ligne de mire possible. Celle qu’elle cherche toujours plus loin avec des clopes, de la dope, quelques frites comme carburants à son moteur inépuisable.

Fille spirituelle de Dave Robicheau, elle s’enlise dans la Louisiane post-Katrina et démêle les horreurs que la tempête a fait naitre. Sara Gran fouille et agite les décombres, le noir, la crasse et fait jaillir un éclair de beauté d’une pureté noble et éclatante.

Un polar grandiose et majestueux, de ceux qu’on dévore et qu’on voudrait ne pas finir tout de suite.

A.

(merci kimkim!)

Quatres soeurs, Malika Ferdjoukh, Ecole des loisirs.

E122013.gifLe cocon, la madeleine, un nid douillet, un océan d’amour. Le livre doudou tout doux qui nous enveloppe de sa brume iodée, de ses odeurs de cake aux noix, de pipi de chats et d’éclats de rire.

Charlie, Geneviève, Bettina, Hortense et Enid… J’en oublie une? ha non… Mais c’est qu’il y a aussi la tante sorcière, les petits copains amoureux qui passent et reviennent tout le temps, les cousins et les cousines. Les copains et les copines. Tout ce qu’il faut pour que chacun se fende la poire, trouve un poil d’amour, sa voie (voix?) et son chemin dans la Vill’hervé ouverte aux quatre vents.

A lire de 7 à 77 ans (et même après) si on aime les belles histoires qui finissent bien, qui donnent la patate et qui sentent la mer et le vent Breton… (c’est très important!). Merci Malika Ferdjoukh de m’avoir accompagné dans ce sombre mois de Janvier et de m’avoir offert un terrier bien hermétique pour mes soirées…

A.

 

 

Une année à la campagne, Sue Hubbell, Gallimard, 1988

product_9782070388691_195x320« je veux le monde entier et aussi les les étoiles »

Elixir de pureté ce témoignage de Sue Hubbell, apicultrice reconvertie dans les monts Orzack, du Missouri est un souffle à l’énergie bouleversante. Chaque fois que j’ouvre ces pages, le soleil brille, les abeilles bourdonnent à mes oreilles, et le miel a son gout divin.

Saviez-vous que les abeilles par le battement de leurs ailes au sein de la ruche, créent des courants d’air d’une force incroyable?

Cette campagne a une présence imposante et offre un souffle presque régénérant. Cette campagne m’habite, me suit dans mes journées de citadine en manque d’air. Alors, si ici les vitrines sont en soldes, les voitures accélèrent et le temps fait tic-tac sur les montres, j’ai cette aura salvatrice en moi. Si c’est l’hiver ici, c’est toujours le printemps autre part… Et les abeilles, elles, se concentrent, s’appliquent et font du miel. Ouf.

Les livres qui nous accompagnent ainsi sont très précieux. Celui là en fait partie et c’est un bonheur immense de l’avoir rencontré.

A.